Le monde

Comment une mutuelle dentaire catégorise et paie les procédures ?

En général, les processus dentaires couverts par les mutuelles d’assurance sont regroupées en trois classes de couverture : préventive, de base et majeure. La plupart des régimes dentaires couvrent 100 % des soins préventifs, tels que les visites annuelles ou semestrielles au cabinet pour le nettoyage, les radiographies et les appareils dentaires.

Les pourcentages de couvertures sur une mutuelle dentaire

Les procédures de base sont le traitement des maladies des gencives, les extractions, les obturations et les canaux radiculaires, avec des franchises, des co-payeurs et une coassurance déterminant les dépenses personnelles du patient. La plupart des polices couvrent 80 % de ces procédures, les patients payant le reste. Les soins majeurs tels que les ponts, les couronnes, les incrustations et les prothèses dentaires ne sont parfois couvertes qu’à 50 %. L’assuré paie plus de frais que sur les autres traitements.

Chaque politique diffère selon laquelle les procédures sont classées comme préventives, de base et majeures, il est donc important de comprendre ce qui est couvert lors de la comparaison des politiques. Certaines politiques classifient les canaux radiculaires comme des procédures majeures, tandis que d’autres les traitent comme des procédures de base et couvrent beaucoup plus de coûts.

La mutuelle dentaire ne couvre pas les soins cosmétiques

La plupart des polices de mutuelle dentaire ne couvrent aucun frais pour les procédures cosmétiques, telles que le blanchiment des dents, la mise en forme des dents, les facettes et le remodelage des gencives. Étant donné que ces procédures visent simplement à améliorer l’apparence de vos dents, elles ne sont pas considérées comme médicalement nécessaires et doivent être entièrement payées par le patient. Certaines polices couvrent les couronnes, mais celles-ci exigent généralement le paiement d’un extra spécial pour une longue période d’attente.

Couverture annuelle maximale

Bien que la majorité des plans d’assurance médicale a des montants maximums par an, la plupart des régimes dentaires plafonnent le montant de la couverture annuelle. Les maximums de couverture varient généralement de 1 000 euros à 2 000 euros par an. En règle générale, plus la prime mensuelle est élevée, plus le maximum annuel est élevé. Une fois le maximum annuel atteint, les patients doivent payer 100 % des interventions dentaires restantes. De nombreuses compagnies d’assurance proposent des plans d’assurances qui font le report d’une partie du maximum annuel inutilisé sur à l’année suivante.

Demander des crédits d’impôt pour l’assurance dentaire

Tout crédit d’impôt non utilisé pour payer l’assurance maladie de votre famille souscrite via santors peut être appliqué aux primes d’assurance dentaire pédiatrique si votre police d’assurance médicale n’inclut pas de couverture dentaire. Si votre police d’assurance maladie comprend une couverture dentaire pour enfants, vous ne pouvez pas utiliser les crédits d’impôt pour acheter un plan supplémentaire.

Lorsque vous souscrivez à une mutuelle dentaire individuelle, sachez que les interventions majeures peuvent ne pas être couvertes la première année, et même dans ce cas, la prestation ne sera probablement que la moitié de ce que le dentiste facture. Vous devrez mettre de l’argent de côté dans un compte d’épargne santé ou un fonds personnel afin de ne pas être pris de court si vous avez besoin de traitements importants.

Laisser un commentaire

Noter *
Ce champs est réquis

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Champs invalide

Champs invalide

Champs invalide