Le monde

Pour tout savoir sur le jardin du souvenir

Selon la législation du 19/12/2008 dont l’entrée en vigueur a eu lieu  le 01/01/2013, le jardin du souvenir tel qu’il est compris par tout le monde doit  être présent dans tous  les cimetières des communes françaises. Le jardin du souvenir est donc  le lieu qui permet aux proches du défunt ayant subi une crémation de disperser ses cendres.

Jardin du souvenir : Qu’est-ce que c’est ?

Le jardin du souvenir dénommé aussi terrain commun pour l’inhumation est défini comme étant un espace gratuit, libre de concessions, prêt à recueillir les cendres dispersées des défunts après cette crémation, mis à disposition dans l’enceinte du cimetière.

Le jardin du souvenir va être de ce fait un espace qui va servir de destination des cendres. Dans le cas  où le défunt n’aurait pas laissé une volonté sur la destination de ses cendres, le choix reviendra donc à sa famille, une fois que les cendres soient récupérées par la personne qui est chargée de l’organisation des obsèques en fin  de crémation. Mais ce n’est pas l’unique solution, et il est fort  possible de les disperser dans la nature, en pleine mer, ou carrément les mettre dans l’urne dans un columbarium ou carrément les inhumer.

Le jardin du souvenir se définit donc comme  un endroit collectif spécialement aménagé dans un cimetière. Cette surface de dispersion mesure quelques mètres carrés de surface, et elle est prête à accueillir les cendres qui seront mises avec un dispersoir, c’est à dire une urne qui s’ouvre par le fond, et qui va permettre donc à la personne chargée des obsèques de pouvoir la démarrer facilement avec un balancement de bras, et de faire de ce fait une dispersion grâce à ces mouvements.

Le problème engendré par ce type d’aménagement est que les proches et parents de la personne décédée ne disposent pas  d’un lieu de recueillement spécifique et personnel. D’ailleurs il existe des personnes qui ne dispersent pas les cendres, mais feraient  plutôt de petits tas, pour pouvoir identifier plus tard la personne décédée. Pour aider les familles quelques cimetières seraient équipés d’un puits de dispersion.

Jardin du souvenir : De quoi se compose-t-il ?

Généralement, le jardin du souvenir va servir à la  conservation des cendres dont l’écoulement sera effectué par versement dans une sorte d’un petit monument bâti sur le puits, ou sinon via l’éparpillement sur une couverture de galets se trouvant sur le puits.

Le jardin du souvenir, défini comme étant lieu de dispersion des cendres va prendre différentes formes et peut donc être carré, hexagonal, en demi-lune, ou octogonal…, et il sera entouré de galets blancs la plupart du temps. Il existe aussi des techniques plus perfectionnées avec une aspersion d’eau pour amener les cendres sous les galets grâce à l’eau et  faire en sorte qu’ils disparaissent dans la terre.

C’est donc la stèle va signaler le lieu où se trouve le jardin du souvenir, sans compter qu’elle va aussi pouvoir porter le nom de chaque personne décédée dont les centres s’y seraient dispersés. Le cimetière peut de plus ajouter  une stèle du souvenir, une colonne brisée ou un livre du souvenir

La vasque du souvenir va faire en sorte que les cendres ne vont plus être dispersées et cette vasque sera  déposée sur le sol. Elle prendra plusieurs formes, mais elle est principalement conçue pour avoir le moins d’emprise au sol possible. Elle peut comporter un système de visserie qui ne peut en aucun cas être violé pour éviter tout risque de vandalisme.

Tarif du jardin des souvenirs

L’autorisation de pouvoir disperser  des cendres dans un jardin du souvenir dépend du maire de la commune. Elle est toujours gratuite ou presque, et le prix serait compris entre 50 et 100 euros selon les communes. Ce tarif comprend la plaque qui identifiera le défunt et qui est donnée à la famille.

Laisser un commentaire

Noter *
Ce champs est réquis

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Champs invalide

Champs invalide

Champs invalide